March 7, 2021

RadioHaitiFusion

La radio qui va loin

Les métiers audiovisuels au féminin

3 min read

Entre les brises de mer et une sérénité révolue dans la mémoire des Port-au-Princiens, 17 jeunes filles ont reçu leur initiation de 7 jours, du 23 au 30 janvier derniers l’art audiovisuel à Jérémie, dans la cité des poètes, par Media Elles. Leur dynamisme et leur détermination ont émerveillé les quatre cinéastes-animatrices des séances Kézhia Jean, Dieula Jean-Louis Djamie, Lindy et Michel Sondernyse. « Éduquer par l’image », tel a été le slogan qui a rythmé les activités pratiqu…

Cette formation l’art audiovisuel organisée par Media Elles, avec le support financier de la Fokal pour 17 jeunes filles du 23 au 30 janvier, a été une grande première  pour ces jeunes de l’Alliance française de Jérémie.  Selon Dieula Jean-Louis Djamie, «Media Elle s’est engagé  depuis sa création en juillet 2012 dans la promotion des droits des femmes et des filles avec les outils audiovisuels comme médium de conscientisation. Cette activité s’inscrit dans une démarche d’intégration des femmes dans les métiers de l’audio-visuel. Métiers qui, traditionnellement, sont attribués aux hommes.»  Des activités du même type ont déjà eu lieu dans d’autres départements du pays comme dans le Centre et l’Artibonite. « Media Elle vise sur le long terme d’intervenir dans les 10 départements du pays  pour étendre ces séances de formation. Ces jeunes filles pourront alors travailler comme correspondantes des stations de radio et de télévision en groupe 6 selon les différents arts de l’audiovisuel »,  selon les propos de Madame Jean-louis.

Les séances de formation ont été autant une occasion de découverte tant pour les intervenantes et intervenants  que pour les participantes. « J’ai été surprise de constater combien ces filles sont conscientes de la problématique de violation des droits des femmes dans leur communauté. Elles ne savaient  pas tout simplement l’importance des arts audiovisuels pour aider à résoudre ces problèmes rien qu’avec leur téléphone portable. Elles ont fait montre d’un dynamisme et d’une détermination étonnante lors des interventions», a déclaré Kéziah Jean. Conjuguant théorie et pratique dans une rigueur pédagogique portant l’empreinte des années d’expérience des intervenants(es), les séances on eu lieu dans des espaces en lien avec leur contenu, qui sur dans la salle d’informatique  et de cours de l’Alliance française, qui sous les arbres  de la cour, et qui dans les coins attrayants de la cité des poètes pour  recueillir des images pour les travaux pratiques en groupes. Elles ont pu produire  trois courts métrages, à savoir le premier sur Madame Conceptia Pamphile, une infirmière qui a marqué les esprits des gens de la ville par ses longues années de service exemplaire, le deuxième sur la violence basée sur le genre et le troisième sur la représentation du vodou dans les milieux ruraux de nos jours. Ces œuvres seront disponibles en mars pour l’appréciation du grand public.